Eve Curie : Son legs a donné une seconde vie au Musée Curie

24/08/2015

Début 2008, l’Institut Curie apprend par un courrier officiel que Madame Eve Curie-Labouisse, fille cadette de Pierre et de Marie Curie, décédée aux Etats-Unis le 22 octobre 2007, avait rédigé un testament aux termes duquel, elle consentait un legs particulier en faveur du Musée et des Archives de l’Institut Curie.

Portrait Eve Curie

De son vivant, Eve Curie a toujours exprimé l’admiration pour le travail de ses parents, de sa sœur Irène et de son beau-frère Frédéric Joliot-Curie. Après le décès en 1934 de sa mère Marie Curie, elle écrit en 1938 la biographie de celle-ci, Madame Curie, qui sera lue dans le monde entier.

Elle était bien sûr présente en 1967 pour dévoiler la plaque de la rue nouvellement rebaptisée Pierre-et-Marie-Curie à l’occasion du centenaire de la naissance de Marie Curie, double Prix Nobel. Elle avait aussi fait, malgré son âge – 90 ans –, le déplacement des Etats-Unis pour le transfert des cendres de ses parents au Panthéon (Paris) en avril 1995.

Et son vœu le plus cher, qu’elle exprima dans ses dernières volontés rédigées en 2006, était de transmettre une partie de son patrimoine – soit 650 000 euros – « pour être utilisé[e] à la conservation, l’entretien… et l’éventuelle expansion du musée et des archives relatives à la vie et au travail de Marie et Pierre Curie ».

A travers son legs, Eve Curie a rendu hommage à ses parents et prolonge leur mémoire. Elle a offert un nouveau souffle à ce lieu si cher à Marie Curie : l’Institut du Radium (aujourd’hui Institut Curie). C’est en effet dans ces murs qu’elle a travaillé pendant 20 ans et que sa propre fille aînée, Irène, découvrit, avec son mari Frédéric Joliot, la radioactivité artificielle en 1934, qui a permis l’essor de la radiothérapie d’aujourd’hui. Bien plus qu’un musée d’histoire des sciences, c’est ici la mémoire des familles Curie et Joliot-Curie – la famille aux cinq prix Nobel – qui perdure à travers la conservation d’un patrimoine exceptionnel, regroupant plus de 100 ans d’histoire et de découvertes scientifiques majeures.

« Le Musée Curie rouvert en 2012 doit beaucoup au geste si important de la femme au grand cœur qu’était Eve Curie. Grâce à elle, il peut être la vitrine internationale pour mieux percevoir ce qui fait toujours aujourd’hui l’originalité de l’Institut Curie : le rapprochement de ses chercheurs et de ses soignants, et leur travail quotidien dans la lutte contre le cancer. » souligne Renaud Huynh, directeur du Musée.

© Collection Musée Curie / Institut Curie