L’Institut Curie fait le point sur son ambitieux projet 2015-2020

22/03/2016

Pour que de nouvelles thérapies plus efficaces puissent être proposées aux patients atteints de cancer, pour que les progrès se poursuivent en recherche fondamentale, l’Institut Curie s’engage « vers un monde sans cancer » avec son ambitieux projet sur 5 ans : MC21.

le président de l'Institut Curie le Pr Thierry Philip

MC21, c’est  pour Marie Curie au 21e siècle. A l’instar de cet élan fabuleux et inédit qu’a lancé Marie Curie au début du siècle dernier, «réinventons le Modèle Curie » s’enthousiasme le Pr Thierry Philip, président de l’Institut Curie. Le continuum recherche-soins, la marque de fabrique de l’Institut Curie, est au cœur des évolutions de la cancérologie « Ce secteur a connu des transformations considérables, poursuit le Pr Philip. Les temps de traitement à l’hôpital sont écourtés : plus de la moitié des patients est traitée en ambulatoire. » Autre tendance : le nombre croissant d’outils de diagnostic et leurs innombrables informations font faire un bond en avant à l’ensemble de la médecine de précision. Fort de ses équipes leaders et de projets prometteurs portés par des personnes exceptionnelles, l’Institut Curie prévoit de toujours élaborer des traitements standards pour les patients touchés par des cancers de bon pronostic pour  garantir l’égalité d’accès aux soins et de porter l’innovation encore et toujours plus loin pour trouver de nouvelles thérapies, plus efficaces et aux effets secondaires moindres, pour les patients atteints de maladies complexes.
Le projet 2015-2020 « MC21″ coûtera plus de 150 millions d’euros, 90 financés sur ses fonds grâce à la générosité du public et 60 millions sous forme d’emprunt. Déployé sur ses trois sites hospitaliers et de recherche, il a l’accord des tutelles pour s’adjoindre des partenariats avec des hôpitaux et des universités franciliens.

•    Point d’orgue du projet parisien : la création en 2016 d’un centre d’immunothérapie, qui regroupera chercheurs, médecins et patients au même endroit pour encore plus de collaborations en faveur de nouveaux traitements.

•    A l’Hôpital René-Huguenin (Saint-Cloud, Hauts-de-Seine), la médecine de précision et ses essais précoces seront la priorité pour qu’en 2018 l’Institut Curie puisse «  aider les 45% de patients non guéris actuellement pour lesquels il n’existe pas encore de traitement satisfaisant  » appuie son président. Un pôle de recherche et un grand centre de diagnostic ouvriront d’ici 2020.

•    Quant à Orsay (Essonne), le centre de Protonthérapie et les laboratoires de recherche se concentreront sur la biologie des radiations et l’innovation en radiothérapie, emblématique de l’Institut Curie débutant avec l’installation très prochaine d’un appareil innovant de tomothérapie.

(c) Pedro Lombardi / Institut Curie